13.3.09

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ¤ Kaspar Hauser


Kaspar Hauser Lied - - -
GEORG TRAKL - - -


Lui vraiment aimait le soleil qui pourpre descendait la colline,
Les sentiers forestiers, le chant de l'oiseau noir
Et la joie de la verdure.

Grave était sa demeure dans l'ombre de l'arbre
Et pure était sa face.
Dieu parla tendre flamme à son coeur:
Ô homme!

Calme son pas trouva la ville dans le soir;
La sombre plainte de sa bouche:
Je veux devenir cavalier.




Mais le suivaient le buisson et la bête,
La maison et le jardin crépusculaire d'hommes blancs
Et son assassin le cherchait.

Printemps, été et bel automne
De l'homme juste , son pas léger
Longeant les chambres sombres de rêveurs.
La nuit il resta seul avec son étoile;




Vit la neige tomber dans les ramures nues
Et dans l'entrée crépusculaire l'ombre de l'assassin.


D'argent sombra la tête du non-né.



* pour Kaspar Hauser " enfant sauvage "



NIEMAND corinne chaufour

Archives


Shortness of Breath is my book

consult and order book : HERE







ANIMA | photo by florian Gerbaud



HOME : NIEMAND
© All rights reserved